30.6.14

les Sèches Comtoises (quel drôle de nom !)


Il y a quelques semaines, je discutais avec le père de ma belle-sœur, charmant monsieur originaire du Doubs, quand il m'a demandé si j'avais déjà fait des sèches comtoises. "Des quoi ?!?!?". Je connaissais les horloges comtoises, le comté évidemment, mais pas les sèches. Il m'a expliqué qu'il s'agissait d'une spécialité sucrée bien connue dans sa région.

Inutile de vous dire à quel point j'étais intriguée : un dessert que je ne connaissais pas, youpie ! Et avec un nom aussi bizarre, en plus... Encore un nouveau truc à essayer. La vie est bien faite, quand même :)

J'ai un peu fureté sur le net, pas longtemps je dois dire, avant de tomber sur une recette qui me plaisait bien : simple, sans fioritures, sans ingrédients improbables, une vraie recette de grand-mère, quoi. Farine, beurre, crème fraîche, sucre. Que du bon.

Les Sèches Comtoises
(pour 2 galettes de 8 parts chacune)

300 g de farine
200g de crème fraîche épaisse
100 g de beurre à température ambiante
1 pincée de sel

100 g de sucre

La veille : Dans un saladier (ou au robot, encore plus facile), mélanger la farine, le sel, le beurre et la crème (tout sauf le sucre, en somme). Pétrir jusqu'à ce que la pâte forme une boule. Filmer et réserver au réfrigérateur.
Le jour même : préchauffer le four à 200°C. Partagez la pâte en 2 morceaux. Etaler chaque pâton en un disque très fin (on obtient deux disques d'environ 25cm de diamètre chacun), saupoudrer de sucre. Couper 8 parts dans chaque disque et enfourner pendant 12 minutes environ. Les sèches doivent être dorées.



Ma belle-sœur m'a dit que, dans son souvenir, les sèches étaient bien plus fines, alors je réessaierai en tenant compte de sa remarque.

Mes remarques à moi (c'est redondant, mais volontaire) :
- j'aurais pu diviser les proportions par 2, mais j'aime bien le coup du "300g-200g-100g", c'est carré cette affaire,
- en théorie, les sèches se conservent bien dans une boîte en fer ; en pratique je les trouve meilleures le jour même,
- on peut sauter l'étape du repos au frigo, ça marche quand même (je parle d'expérience),
- les sèches, comme leur nom de l'indique pas, ne sont pas sèches,
- la quantité de sucre n'étant pas indiquée, j'ai mis 100 grammes, parce que j'aime les nombres ronds ; c'était très bien,
- comme j'ai pesé la crème, je peux vous dire que 200 grammes de crème correspondent à 20cl (parce que la crème n'est pas vendue en grammes, mais en centilitres - et la pâtisserie requiert de la précision, cf. les gaufres de ma grand-mère...).

Verdict : c'est super bon, avec ce petit goût de crème et de beurre, hmmm !
Avec ces sèches comtoises, le gâteau semaine et le gâteau d'amandes de belle-maman, je pense qu'il n'y a pas de dessert plus facile sur cette terre :)

Merci Beau-papa de mon p'tit frère !

13 commentaires:

Jill a dit…

Oh, j'adore les sèches !! Ma maman en faisait souvent, et dans mon souvenir elle mettait un petit peu de beurre sur les sèches avant de les mettre au four, afin que le sucre caramélise. C'est une tuerie ;)

Yen a dit…

je ne connais pas non plus. visuellement ça ressemble à ce que ma copine Claire appelle sa tarte au sucre (qui n'est pas une tarte mais bien un gateau)

Anonyme a dit…

Je serais vous je regarderais le calendrier (un vrai, avec les Saints et tout) à la date d'aujourd'hui (9 juillet), il y a comme qui dirait quelqu'un à qui cela pourrait faire plaisir ;)

Virginie Gaudy a dit…

300g, 200g, 100 g c'est carré mais pas très pythagoricien....

Anonyme a dit…

Bonjour et merci pour la trouvaille! Une question: pourquoi couper les parts avant la cuisson?!

Nanazolie a dit…

Sucre, beurre, crème.... Encore heureux que ce ne soit pas sec :-)

Je suis venue surtout te bénir pour ta recette de pâte sablée 1-2-3, que je fais et refais à l'infini. Et te demander par la même occasion si tu as un truc pour la transférer dans le moule sans qu'elle casse? Je l'étale sur un papier sulfurisé, mais quand je retourne le papier sur le moule (jusque là, tout va bien) et que je tente de peler délicatement le papier, la pâte se déchire et je finis toujours par devoir faire des raccords pas très jolis

Et concernant les desserts peu connus, as tu déjà essayé les conversations? Je ne sais pas quelle est l'origine, mais c'est délicieux!

Atalana a dit…

Essayées cet après-midi (avec les proportions divisées par deux): mon four étant un brin mariole, il a fallu 20 minutes de cuisson... et 5 pour qu'il n'en reste plus !!

A refaire donc

Merci :-)

Anonyme a dit…

Habitant le Franche-Colté, c'est le gâteau que tu retrouves partout avec la Galette comtoise bien sûr et le gâteau de ménage! Miam

cecily a dit…

je ne connais pas du tout mais ça a l'air vachement bon !

Sylvie a dit…

Merci pour partager cette recette ! Je vais essayer votre recette le plus rapidement possible pour surprendre mes proches.

Une friandise magnifique !

mary a dit…

hum ca a l'air delicieux à tenter !

mary a dit…

je connaissais pas cette patisserie mais ca a l'air tip top !

Éloïse a dit…

Bonjour Sucrissime...
Je suis votre blog depuis longtemps déjà, découvert par une amie au moins aussi gourmande que moi ^^
Étant originaire de Franche-Comté, quelle ne fût pas ma surprise de voir cette recette en première page ! C'est mon père (à mes yeux le maître incontesté des tartes en tous genres, bugnes, meringues et crâpés, entre autres...) qui les réalisait à une occasion spéciale. Laissez-vous vous raconter pourquoi les sèches résonnent comme une formule magique à mes oreilles !
Quand j'étais petite, mon père était encore agriculteur, éleveur de vaches laitières. Et lorsqu'une vache vêlait, son lait était extrêmement crémeux les premiers jours. Une crème si épaisse qu'une cuillère plantée dans un pot restait à la verticale... Il recueillait cette crème, la mélangeait avec autant de farine que nécessaire pour obtenir une pâte assez épaisse pour être étalée sur une tôle, puis la saupoudrait de sucre, découpait les parts et enfournait le tout. Comme il y avait facilement un litre de crème, le kilo de farine était souvent utilisé, et on se retrouvait avec cinq ou six tôles de sèches... Et la formule magique pour réussir ses sèches à tous les coups ? "La crème du lait de la vache qui a fait le veau", bien sûr !
(Depuis nous avons essayé avec des crèmes du commerce, mais ce n'est pas pareil... Pas moyen de faire tenir la cuillère debout !)