4.3.14

les Beignets de Carnaval de ma Grand-Mère


Ma grand-mère paternelle était LA spécialiste des gaufres (cf. ce reportage, et la recette). Malheureusement, elle n'est plus là pour nous en faire.
Ma grand-mère maternelle est LA spécialiste des beignets de carnaval, et elle a eu la gentillesse de nous en préparer juste avant notre retour de vacances, ce samedi.

J'adooore les beignets de carnaval. On les appelle comme ça, chez nous ; certains disent bugnes, oreillettes, donuts ou autre chose encore, mais pour nous, le vrai nom, le seul, l'unique, c'est beignets de carnaval, et comme leur nom l'indique, on les mange à Mardi-Gras, aujourd'hui donc.


Pour ce qui est de la recette, c'est un peu comme celle des gaufres de mon autre-grand mère, mais en plus précis quand même (autrement dit, bonne chance ;-). Je vous la donne tout de suite.

Beignets de Carnaval
(pour beaucoup de beignets, youpie !)

500g de farine (je vous avais prévenus...)
100g de beurre à température ambiante
60g de sucre
2 ou 3 œufs (à vous de voir)

de la levure de boulanger (2 sachets, ou les deux-tiers d'un petit cube)
du sel
15cl de lait ou de crème fraîche liquide (ou un mélange des deux)

facultatif : du rhum ou de l'eau de fleurs d'oranger (une ou deux cuillères à soupe)

Mélanger les ingrédients dans l'ordre indiqué (dans un robot muni du crochet pétrin c'est plus facile). Pétrir jusqu'à ce que la pâte soit bien amalgamée. Etaler sur le plan de travail fariné, sur une épaisseur d'environ 4mm. Découper harmonieusement des formes (des rectangles, des losanges, des ronds...) avec une roulette ou un couteau. Faire une incision (ou deux, ou aucune) au milieu de chaque beignet, faire éventuellement un nœud (je suis incapable de vous expliquer comment procéder, je sais le faire, c'est tout). Laisser lever pendant une trentaine de minutes.
Eloigner les enfants de la cuisine (c'est impératif, on ne plaisante pas avec l'huile bouillante), faire chauffer un litre d'huile dans une casserole à bords hauts, et frire les beignets. Laisser égoutter sur du papier absorbant, saupoudrer de sucre glace.
Déguster en profitant de la chance d'avoir encore 3 grands-parents.


Voili-voilou ! Vous savez (presque) tout.


Si vous découpez des beignets ronds, ils gonfleront comme des petits ballons, et vous pourrez même les fourrer (ô gourmandise suprême !) de la confiture de votre choix, ou de Nutella, ou de caramel, ou de... ce que vous voulez.


Merci Mémère (je l'appelle par son prénom, en réalité) pour les beignets ! Nous nous sommes ré-ga-lés.


26.2.14

l'irrésistible Tarte aux Noix


Les gens sont vraiment chouettes dans ma famille : non seulement ils m'offrent des articles de cuisine (enfin, de pâtisserie, pour être plus précise) et des livres de recettes à Noël, pour mon anniversaire..., mais en plus ils font les "rabatteurs" pour moi. Je m'explique : entre mon p'tit frère qui me réclame des Pastéis de Nata et ma p'tite sœur qui me téléphone pour me demander "tu as vu la super recette de super tarte aux noix chez Julie Andrieu ?", j'ai mes découvreurs personnels de trouvailles sucrées. Mes informateurs privés, en quelque sorte. Cool, non ?

Il y a quelques jours donc, grâce à Bergasister, j'ai regardé une vidéo des Carnets de Julie, dans laquelle elle préparait une tarte aux noix. Que dis-je, pas une tarte aux noix quelconque, mais LA tarte aux noix du Vercors d'Aline, qui tient sa recette de sa maman qui la tenait de sa maman qui etc. Quand j'ai vu ce truc, j'ai pensé la même chose que ma sœur : cette tarte a l'air moooorteeeelle. D'ailleurs, quand Julie goûte la sauce au caramel, et qu'elle dit "mmm, c'est sérieux ça", tout est dit : il fallait que j'essaie cette tarte.


J'ai profité de mes vacances dans le Limousin pour réaliser ladite tarte, avec du bon miel de Corrèze et des bonnes noix du Périgord. Voici la recette telle que je l'ai préparée. C'est un peu approximatif, évidemment (surtout au niveau des durées de cuisson), comme dans toutes les recettes de famille : un "soupçon de crème" peut varier de la cuillère à café au demi-litre en fonction de la personne qui réalise la recette ;-) Un peu comme la célèbre Maïté avec son non moins célèbre "ajoutez une larme d'armagnac...".

La tarte aux noix(pour 12 parts)

Pour la pâte :
- 125 g de farine
- 60 g de beurre
- 1 œuf
- 60 g de sucre
- 1 pincée de sel


Pour la sauce au caramel :
- 4 cuillères à soupe de lait
- 100 g de sucre
- de la vanille (ou du sucre vanillé)
- 30g de chocolat noir concassé
- 200 g de crème fraîche
- 100g de miel de pissenlit
- 20g de beurre
- 1 petit bol de cerneaux de noix


  • La pâte : Mélanger tous les ingrédients jusqu'à obtenir une pâte souple. Etaler la pâte dans un moule chemisé de papier cuisson. Piquer avec une fourchette et enfourner à 180°C jusqu'à ce que la pâte soit dorée (15/20 minutes environ). Réserver.
  • La sauce au caramel : dans une casserole, mélanger le sucre, la vanille, le lait et le chocolat. Porter à ébullition sans cesser de remuer. Continuer à cuire jusqu'à ce que l'ensemble épaississe (environ 5 minutes). Hors du feu, incorporer la crème fraîche et le miel puis remettre sur le feu et laisser cuire 5 à 10 min sans cesser de remuer. L'ensemble va réduire et épaissir. Incorporer enfin les noix et le beurre, cuire pendant encore une minute (toujours sans cesser de remuer).
  • La finition : étaler immédiatement la sauce au caramel encore chaude sur la pâte. Laisser refroidir. Déguster.

Verdict : c'est de la bombe atomique, ce truc (et je ne parle pas que des calories). La crème qui enrobe les noix est fondante, savoureuse et parfumée, miam ! (j'aurais peut-être pu mettre un peu moins de noix - j'en ai mis un gros bol, comme Aline dans la vidéo).


J'ai fait 12 parts, il n'en est pas resté une miette. Merci ma sœur : elle déchire grave, cette tarte.
J'ai dans l'idée que je pourrais en refaire une, avec - pourquoi pas - du sirop d'érable à la place du miel. J'en ai déjà l'eau à la bouche...

21.2.14

Pastéis De Nata


L'histoire se passe il y a pas mal de temps. Mon téléphone sonne :
"- Allo petite ! (c'est mon petit frère). Là, il faut que tu me fasses un dessert, je viens de manger un truc de dingue, super bon, ça s'appelle des Pastéis de Nata.
- ??? Jamais entendu parler de ça. (un dessert que je ne connais pas ? yes, ça m'intéresse !). Explique.
- c'est comme des petites tartes au flan, c'est portugais.
- OK, je te ferai ça, no problemo (un défi pour Bergamote, cool) "

Et puis je n'ai plus pensé  à ce truc. Jusqu'à il n'y a pas très longtemps : mon frère est venu déjeuner à la maison. Je lui ai préparé... du riz bien sûr (private joke), et des pastéis de nata, évidemment. Un petit tour sur le net, et je tenais l'historique du truc, ainsi que la recette (celle de Tasca Da Elvira). La "vraie" recette est secrète, mais je me suis lancée, et hop !

PASTEIS DE NATA
Ingrédients pour 6 unités (7,5cm de diamètre)

- 1 abaisse de pâte feuilletée
- 150 g de sucre
- 1 œuf + 3 jaunes
- 25 cl de lait
- 1 cuillère à soupe de farine
- 50 ml d'eau
- une gousse de vanille
- du beurre pour les moules


Préchauffer le four à la température maximum (250ºC, dans mon cas). Beurrer des petits moules à tartelettes en aluminium et réserver.
Étaler finement la pâte feuilletée à l'aide d'un rouleau à pâtisserie sur le plan de travail fariné. Découper des disques de pâte de taille adaptée à celle des moules. Foncer les moules avec les disques de pâte.
Mettre l'eau et le sucre dans une casserole. Faire chauffer en remuant jusqu'à obtenir un sirop. Réserver.
Battre l'œuf avec les jaunes dans une jatte. Ajouter les grains de la gousse de vanille. Incorporer la farine préalablement dissoute dans un peu de lait, et le lait restant. Bien mélanger. Verser le sirop en fil sans cesser de remuer. Faire chauffer la préparation au bain-marie pendant 10 minutes sans cesser de remuer. Retirer la crème de la chaleur et laisser tiédir. Répartir la crème dans les moules.
Poser les moules sur la plaque du four et enfourner à 250ºC pendant... jusqu'à ce que les petits gâteaux soient bien dorés.
Retirer les pastéis de nata du four et les laisser refroidir avant de démouler. Servir les pastéis à peine tièdes ou froids, en accompagnant à part avec du sucre en poudre et de la cannelle moulue
.

Verdict :
1) c'était très très bon (mais heureusement que j'avais mis de la vanille, car sinon la crème aurait été un peu fade je pense).
2) j'ai versé la crème chaude sur la pâte feuilletée, je n'aurais pas dû : elle a un peu ramolli la pâte => dans la recette je précise "laisser tiédir".
3) j'ai attendu que la pâte soit bien cuite, du coup la crème est devenue un peu granuleuse, visuellement (cela ne se sentait pas, à la dégustation)... je me demande si, la prochaine fois, je ne cuirai pas la pâte à blanc au préalable.
4) les pastéis de nata sont supposés être plus petits je crois, mais je n'avais pas d'autres moules, alors c'est comme ça :)

Au final, ils ont bien plu à mon p'tit frère, c'est bien là l'essentiel, n'est-ce pas ?

10.2.14

Tartelettes-Dômes au Citron


Quand je vais à la boulangerie, je bave (c'est une image, je ne bave pas vraiment) devant les desserts individuels en forme de dômes. Je me dis toujours "il faudrait un jour que je m'achète un de ces moules hémisphériques pour faire la même chose..." (enfin, quelque chose qui ressemble, tout du moins). Et puis, il n'y a pas très longtemps, ma petite sœur m'a offert un super moule (Mastrad) :


Oui, bon, je sais que j'avais dit "plus jamais de moule en silicone", mais je ne compte pas l'utiliser dans le four, juste dans le congélateur, alors je me suis dit que "goût de pneu" ne devrait pas ressortir.

Pour le dîner du 24 décembre (chez ma sœur, justement), j'étais chargée du dessert. Bergamonsieur est trèèèès difficile en matière de desserts, mais il aime la tarte au citron (Bergabeaufrère aussi), alors j'ai décidé d'étrenner mon super-moule avec la recette de la TACT (Tarte Au Citron qui Tue). Il faut dire que Bergasister, tout comme moi, aime tous les desserts, donc pas de souci de ce côté-là.

Le problème avec la TACT, c'est que la garniture doit passer au four, et que :
1) vous l'avez compris, je ne veux plus mettre de silicone dans le four,
2) je ne voulais pas que la garniture dore, mais qu'elle reste pâle,
3) je ne voulais surtout pas que mes jolis dômes collent au moule.

=> J'ai cuit la pâte sablée "à blanc", dans des cercles métalliques individuels, sans la garniture, puis j'ai cuit la garniture comme une crème pâtissière, j'ai ajouté un peu de gélatine (un petit sachet de gélatine en poudre, bien pratique) dans la crème chaude, et j'ai versé le tout dans les demi-sphères. Une fois l'ensemble refroidi, hop au congélo pour la nuit, et le lendemain matin le tour était joué, je n'avais plus qu'à démouler les dômes et à les poser sur les fonds de tarte. Tadaaam :


J'aurais pu napper les dômes avec une confiture ou une préparation gélifiée quelconque, ça aurait sans doute été plus joli, mais je n'aime pas ça à la dégustation, alors... non, pas de nappage.
C'était hyper bon, pas trop gélifié, crémeux comme il faut. La pâte sablée était bien sablée, friable à souhait. Et j'étais bien contente du rendu, net, "propre", presque pro.

Les plus observateurs auront remarqué qu'il y avait deux formats différents : avec la quantité de crème au citron, j'ai pu remplir très exactement les 7 demi-sphères (le monde est bien fait, quand même !) de 6,5 cm de diamètre, mais comme je n'ai que 6 cercles à tarte de 8,5cm, j'ai emprunté à ma sœur les cercles de 7,5cm que je lui avais offerts.

Je me demande quelles sont les tartelettes que je préfère, visuellement, celles de gauche ou celles de droite. Et vous, qu'en pensez-vous ?

19.12.13

mon premier cadeau de Noël de cette année

Mon portrait, par une élève de Terminale S :


J'a-dore. Et la coupe de cheveux est très réaliste (si si, ceux qui me côtoient confirmeront). Enfin, quand je dis coupe, je m'avance un peu...

Un grand merci à la dessinatrice !

14.12.13

le Bonhomme de Neige géant en pain d'épices


J'adore Noël. J'aime les décorations, les sapins, les guirlandes, préparer des cadeaux, offrir des cadeaux, en recevoir bien sûr (j'adore les surprises !). J'aime "l'esprit de Noël". Si je pouvais, je regarderais tous les films de Noël qui passent (passaient ?) les après-midis sur M6, vous savez, les films qui dégoulinent de bons sentiments et qui finissent toujours bien, avec des titres ultra-originaux, "la magie de Noël", "le miracle de Noël", "un Noël du bonheur"... Le rayon "chocolats" me fait saliver (j'adooooore les Raffaello), et je peux rester une heure devant les calendriers de l'Avent. En fait, moi, je crois au Père Noël.

Mercredi dernier, c'était "l'arbre de Noël" de mon lycée. Bergamiss et Bergamoustique commencent à être un peu grands pour ça, mais (ils doivent tenir de leur mère) ils ont absolument voulu y aller (ne leur dites pas que cela me fait autant plaisir qu'à eux, chut !). Et comme il était absolument inconcevable que je ne fasse pas de gâteau, j'ai cogité et j'ai réalisé un bonhomme de neige en pain d'épices.

Ma recette, c'est toujours la même (celle que j'avais utilisée pour faire P'tit Biscuit dans Shrek), très facile à faire, elle se travaille comme de la pâte à modeler, se découpe très facilement et garde bien sa forme à la cuisson (le bonhomme est "monobloc", découpé directement dans la masse avant cuisson). Deux cercles et un chapeau plus tard, le gâteau était cuit, je n'avais plus qu'à le décorer. Une écharpe en pâte d'amande, du sucre glace pour la neige, un chapeau en Nutella, des pistoles de chocolat pour les boutons et les yeux, un bonbon à l'orange pour le nez et des pépites de beurre de cacahouète pour la bouche. Il ne me manquait que des bâtons de réglisse pour faire le balai, mais impossible d'en trouver à côté de chez moi. Heureusement, il y en avait à la fête, j'en ai "dépiauté" un pour lui donner la forme d'un balai, c'était impec.


Au fait, si vous voulez offrir des marrons glacés maison, c'est bientôt le moment de vous y mettre :)

9.12.13

Sablés de l'Avent, pour amuser les enfants... et leur maman.

Ou comment occuper les enfants simplement.

1) Vous prenez votre meilleure recette de pâte sablée
ou
1) bis Vous achetez une pâte sablée toute faite, prête à dérouler. Même si les pâtes du commerce sont moins bonnes (je trouve qu'elles ont comme un goût de roquefort...bizarre, non ?), soyons honnêtes, parfois ça fait du bien de se la couler douce [*j'ai un peu honte*].

2) Vous leur sortez votre collection complète d'emporte-pièces (*humpf, il reste quelques miettes de la dernière fois... bah, elles vont tomber et/ou cuire...*).

3) Vous préparez tout votre attirail déco : sucre coloré, flocons d'or, chocolat ou Nutella fondu (je le mets dans un "DécoPen"), pépites de beurre de cacahouète, boules argentées (vous savez, qui vont avec les dragées), perles de sucre nacrées (*tiens, il m'en restait, de celles-là ?*)...

4) Vous regardez, par acquis de conscience, les dates de péremption (*argh ! ... bah, c'est que du sucre, au fond ça se périme pas, du sucre... non ?*)

5) Vous lâchez les fauves (musique de clairon genre attaque guerre de sécession, tadadatdadadadadadat !).

6) Vous répondez nonchalamment à chaque question du type "Maman, est-ce que je peux ... ? " par "mais oui mon(ma) chéri(e) décore-le comme tu veux" (*j'espère qu'il/elle parle bien d'un biscuit...*) en regardant votre émission de télé préférée, vautrée sur le canapé, avec une bonne tasse de Banania au lait bien frais.

7) Lorsque les biscuits sont cuits (vous vous êtes occupée du four, quand même, on ne rigole pas avec ça), vous faites les yeux doux à votre chère progéniture pour essayer de goûter au moins un sablé (*c'est que ça a l'air bon, ces petites choses !*).

La question que je me pose : Mais pourquoi l'étape 6 ne dure-t-elle que deux minutes au maximum ???